Ludothèque

Extension Pantheon pour 7 Wonders Duel : Présentation et Avis

7 Wonders Duel : Extension Pantheon

Les jeux de société populaires se voient souvent enrichis par des extensions, qui viennent renouveler le plaisir de jeu et accroître la rejouabilité. 7 Wonders Duel, qui rencontre un franc succès depuis sa sortie, n’échappe pas à la règle. La version pour deux joueurs de 7 Wonders connaît plusieurs extensions, parmi lesquelles l’extension Panthéon. Cette dernière complète agréablement le jeu de base et s’y intègre parfaitement.

Avec cette extension Panthéon, 7 Wonders Duels s’ancre un peu plus encore dans l’univers antique. Ce module introduit et apporte en effet au jeu une nouvelle dimension, axée sur la religion. 5 grandes religions, associées chacune à une des civilisations déjà esquissées dans 7 Wonders, sont en effet représentées.

Pour rappel, l’univers de 7 Wonders se construit autour des civilisations suivantes :

  • Civilisation égyptienne
  • Civilisation grecque
  • Civilisation romaine
  • Civilisation mésopotamienne
  • Civilisation phénicienne

Chacune de ces religions est représentée par trois divinités. Le jeu totalise donc 15 divinités formant un impressionnant Panthéon antique, avec lequel les joueurs peuvent composer pour affûter leur stratégie et prendre l’ascendant sur la partie.

Le génie de l’extension Panthéon consiste à ajouter une nouvelle mécanique au jeu, sans bouleverser ni dénaturer le jeu d’origine. Les règles liées à cette extension Panthéon viennent tout simplement s’additionner aux règles de base, comme une surcouche.

Immiscion du religieux dans les affaires…

Ainsi, le jeu s’articule toujours en 3 âges successifs. Les trois âges voient s’immiscer peu à peu la sphère religieuse dans la partie.

Constitution du Pantheon

Lors du premier âge, les joueurs récupèrent des jetons représentant des religions antiques, disposés sur certaines cartes de la structure. Les joueurs qui jouent une carte recouverte d’un jeton de religion récupèrent également celui-ci, et le jouent dans la foulée. Un joueur qui s’empare de l’un de ces jetons découvre à quelle religion il est lié, puis choisit parmi les divinités de cette religion, laquelle il placera sur un emplacement libre du panthéon.

5 divinités seront placées sur le panthéon au terme du premier âge, puisque 5 jetons sont piochés sur les 10 disponibles lors de la mise en place du jeu. Statistiquement, des divinités issues d’une même religion peuvent prendre place au panthéon, alors qu’une autre religion peut en être totalement absente. Le jeu intègre ainsi une part de hasard qui assure un certain renouvellement, d’une partie à l’autre.

Révélation des divinités du panthéon et début des hostilités

Juste avant que ne débute le second âge les divinités, sont révélées, retournées face cachée.
Dorénavant, les joueurs ont accès à une 4ème option pour leur tour de jeu.
Outre le fait de jouer une carte de la structure, de vendre une carte de la structure, de construire une merveille, il peuvent maintenant invoquer une divinité représentée au Panthéon. Dans ce cas, ils annoncent quel dieu ils veulent faire entrer en jeu, et s’acquittent du coût d’invocation. Ils appliquent alors les effets du Dieu, qui est retiré du Panthéon et placé à leurs côtés. Chaque divinité ne peut en effet être invoquée qu’une fois.

Minerve, Neptune, Mars. Une triade de dieux romains centrés sur l'art de la guerre.

Minerve, Neptune, Mars. Une triade de dieux romains centrés sur l’art de la guerre.

Chaque famille de divinités propose des effets qui portent sur un aspect du jeu en particulier.
Les divinités romaines (Minerve, Mars, Neptune) ont une incidence directe sur l’aspect militaire, par exemple. Le joueur qui souhaite miser sur le développement scientifique de sa cité peut s’appuyer sur les divinités mésopotamiennes. La religion égyptienne quant à elle est liée à la construction de merveilles.

Les divinités déclenchent des effets intéressants et variés qui, sans nécessairement faire basculer à eux seuls une partie, peuvent donner de très gros coups de pouces.

3 jetons d’offrande, dispersés sur des cartes de la structure, peuvent également être collectés au cours du troisième âge. Ils permettent essentiellement aux joueurs qui les récupèrent d’obtenir des réductions sur les coûts d’invocation des dieux.

Tous aux temples

Au troisième et dernier âge, les joueurs peuvent continuer à invoquer des divinités, mais collectent également des cartes spéciales, les temples, qui remplacent les guildes du jeu d’origine : grand temple romain, grand temple égyptien, grand temple phénicien… chaque religion a son lieu de culte, mais seulement 3 sur les 5 existants seront mêlés au reste des cartes. Leur coût d’acquisition est par défaut assez fort, mais tombe toutefois à 0 si le joueur qui les collecte possède un jeton de mythologie correspondant, obtenu lors du 1er âge.

Les temples ne déclenchent aucun effet mais apportent des points de victoire qui peuvent être décisifs. 3 cartes sont mises en jeu : un seul temple rapporte 5 points de victoire, mais la possession de deux temples en rapportent 12, et la combinaison des trois temples en rapportent 21. Ces cartes doivent donc faire l’objet d’une attention toute particulière, car elles peuvent peser lourd dans le score final.

Les temples se substituent aux guildes. Ces cartes qui rapportent un nombre de points conséquents se retrouvent au centre de l'attention lors du 3ème et dernier âge.

Les temples se substituent aux guildes. Ces cartes qui rapportent un nombre de points conséquents se retrouvent au centre de l’attention lors du 3ème et dernier âge.

Stratégies, manœuvres et coups bas toujours de mise

De l’attention, de la réflexion, 7 Wonders Duel en sollicitait déjà, et ce n’est pas avec l’extension Panthéon que les joueurs vont se tourner les pouces.

Les divinités, dont les pouvoirs sont très variés, offrent des possibilités supplémentaires que vous devez prendre en compte pour votre stratégie. Mais vous devez aussi réfléchir à la façon dont votre adversaire peut les exploiter pour son propre compte.

Lorsque vous mettez la main sur un jeton mythologie, vous placez une divinité au panthéon, en choisissant son emplacement. Invoquer les divinités a un coût, payable en pièces. Plus une divinité est proche de votre côté du jeu, plus le coût pour l’invoquer est modique. Plus elle est distante, et donc proche de votre adversaire, plus l’invoquer vous coûte cher. une divinité située à l’autre extrémité est donc, très souvent, extrêmement coûteuse, sinon inaccessible. On est tenté de placer près de l’adversaire des divinités qui ne nous intéressent pas, pour encombrer son espace… mais au risque de faire son jeu, si la divinité s’accorde bien avec sa stratégie !

Au delà de l’effet direct qu’elle produit, l’invocation d’une divinité, qui correspond à une nouvelle action possible lors d’un tour de jeu, vous permet de ne pas prendre une carte sur la structure et peut donc forcer votre adversaire à jouer une carte avant vous. C’est une manœuvre intéressante si une carte que vous convoitez n’est pas immédiatement accessible.

Les temples sont si précieux que vous ne pouvez pas vous permettre de laisser votre adversaire s’emparer de toutes ces cartes. Vous devrez les collecter et en rafler le plus possible, ou bien éviter que votre adversaire n’en cumule trop. Dans certains cas il peut devenir indispensable de les défausser, de les sacrifier, de les vendre, à défaut de pouvoir s’acquitter de leur coût de construction.

Et ce n’est pas tout ! On pourrait encore parler longuement :

  • de la porte, qui permet aux joueurs d’invoquer une divinité trouble-fête, parmi 5 qui n’ont pas été placées au panthéon,
  • ou bien des nombreux éléments de jeu contenus dans le coffret de l’extension, au premier rang desquels le complément du plateau de jeu, qui vient s’imbriquer sur celui-ci pour matérialiser le Panthéon
  • ou encore des deux nouvelles merveilles, dont les effets jouent avec cette dimension religieuse…

L’extension est riche, mais ses règles et leurs subtilités s’assimilent pourtant rapidement, si bien que le plaisir de jeu pour les fans de 7 Wonders Duel est immédiat.

Notre verdict

Avec cette extension Panthéon, 7 Wonders Duel réussit le tour de force de rester fidèle à lui-même tout en s’enrichissant d’une nouvelle dimension qui trouve sa place presque naturellement et s’intègre très bien au jeu de base. La stratégie est toujours de mise à chaque tour de jeu et l’ensemble reste merveilleusement bien équilibré !


Articles populaires
Nessos, un jeu de bluff édité par Iello
Ludothèque

Nessos est un jeu de cartes et de bluff dont les règles s’assimilent facilement, et qui permet à toute la famille de s’amuser sur fond de mythologie grecque. Nessos se présente comme un jeu simple, un paquet de cartes dans lequel 10 créatures mythologiques sont représentées chacune 4 fois (donc 40 cartes), et où se […]

L'écran de titre du jeu video HadèsHadès
Ludothèque

Edité par le studio indépendant Supergiant Games, qui s’était déjà illustré avec ses précédents titres, le jeu vidéo Hadès n’est pas passé inaperçu lors de sa sortie en 2018. Le jeu a obtenu plusieurs distinctions et s’est imposé comme une référence parmi les petites productions indépendantes. Sa production artistique et son gameplay soignés n’y sont […]

Jeu de société Quadrigatus
Ludothèque

Dans Deus, les joueurs cherchent à développer leur cité antique et à étendre leur emprise sur le monde, à coups de conquêtes militaires et de construction de bâtiments, pour se couvrir de gloire… et de points de victoire. Voici les principes de ce jeu de société qui a tout pour plaire aux amoureux d’antiquité romaine. […]

Jeu de société 7 Wonders Duel
Ludothèque

Le jeu de société 7 Wonders se joue de 3 à 7 joueurs, mais existe aussi dans une autre version conçue spécifiquement pour deux joueurs : 7 Wonders Duel. Tout en déclinant le concept intial, elle l’adapte et instaure des règles qui stimulent la réflexion et donnent lieu à des parties âprement disputées. Reprise et […]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*